roman

les 3  mousquetaires

 

MOUSQ1.jpg (4251 octets)

 

 

 

 

 

 

 

 



      les chiffres  menu      

 

 

Les trois Mousquetaires, roman d’aventures d’Alexandre Dumas, publié en 1844.


...
qui étaient ....  4   !

 

Athos,   Porthos,  Aramis et ... d'Artagnan !

 

UNE COMPOSITION À QUATRE MAINS  
Les Trois Mousquetaires est le troisième essai romanesque du couple Alexandre Dumas-Auguste Maquet. Lorsqu’en 1843 Dumas en entreprend la rédaction, il est déjà penché sur le XVIIe siècle pour préparer un ouvrage de vulgarisation : Louis XIV et son siècle. Il a donc lu des mémoires du XVIIIe siècle : les Mémoires inédits de Louis-Henri de Loménie lui fournissent l’intrigue des ferrets de la reine, et les Mémoires de M. d’Artagnan, de Courtilz de Sandras, les personnages des mousquetaires. Le roman est publié de mars à juillet 1844 dans le Siècle, sous son premier titre, Athos, Porthos et Aramis. Vingt Ans après, sa suite, y paraît de juillet à janvier 1844-1855, puis, deux ans après, la publication en feuilleton du Vicomte de Bragelonne.

" UN POUR TOUS, TOUS POUR UN ! "  
Le jeune d’Artagnan, gentilhomme gascon, vient à Paris pour y devenir mousquetaire. Il rencontre Athos, Porthos et Aramis qu’il a provoqués en duel, mais ce triple duel s’achève en assaut victorieux contre les gardes du cardinal de Richelieu. Les trois mousquetaires — Athos, en réalité comte de la Fère, devenu mousquetaire à la suite d’un mariage désastreux avec une aventurière, Porthos, bon vivant et vaniteux et Aramis, tiraillé entre la prêtrise et la galanterie — ne le quittent plus. Le jeune Gascon s’éprend de Constance Bonacieux, femme de chambre d’Anne d’Autriche. Constance lui apprend que la reine a donné des ferrets de diamants, présent du roi, à son amant, Buckingham. Or le roi, poussé par Richelieu, exige que la reine porte ces bijoux au prochain bal de la cour. Les mousquetaires partent alors en Angleterre et déjouent les pièges des agents du cardinal, pour récupérer les joyaux. L’ombre de Milady, agent de Richelieu et femme d’Athos, plane sur les dernières aventures des quatre inséparables : elle tente de les empoisonner, fait assassiner Buckingham, avant de tomber enfin entre leurs mains et d’être condamnée à mort et exécutée.

ALEXANDRE DUMAS : AMUSEUR PUBLIC OU ÉCRIVAIN ?  
Depuis sa parution jusqu’à l’adaptation cinématographique plutôt cavalière qu’en fait Randall Wallace, en 1998, avec l’Homme au masque de fer en passant par les adaptations théâtrales qui se sont multipliées depuis la Jeunesse des mousquetaires, de Dumas et Maquet, en 1849, les Trois Mousquetaires fait toujours recette. Cet engouement se heurte au mépris des doctes. Le roman relève selon eux de la paralittérature et Dumas est l’un de ces «?bâcleurs de feuilletons?» dénoncés par Zola. On explique alors la pérennité du roman par son caractère oral et par l’art du conteur. On souligne aussi ses qualités documentaires, et, en effet, le roman parvient à rendre l’Histoire vivante. Le cycle des Trois Mousquetaires conduit le lecteur de l’époque de Louis XIII jusqu’à la Restauration. Le premier roman, roman d’exaltation de la jeunesse et de l’énergie, s’adresse à une jeunesse qui a vécu les journées de Juillet, et les deux autres, qui racontent la prise du pouvoir par Louis XIV, confondue avec l’avènement de la monarchie absolue, à des lecteurs qui voient naître la république. Si la verve de l’auteur et l’aspect historique du roman sont des facettes importantes de l’œuvre, la richesse du texte vient de sa diversité. Diversité des registres de style, des intrigues qui s’entrecroisent, des personnages qui évoluent, du rythme. L’humour qui préside aux portraits des mousquetaires côtoie le sérieux d’une digression sur le libre arbitre, la mélancolie des personnages vieillissants dans Vingt Ans après ou le tragique des événements politiques — la Fronde — qui constituent l’arrière-plan du Vicomte de Bragelonne. Les Trois Mousquetaires n’est pas seulement ce roman de cape et d’épée prisé par les cinéastes, il n’est pas seulement un roman d’aventures, ni un roman historique, il est tout cela à la fois.